lundi, juillet 31, 2006

J'ai mal à l'Humanité.

Encore une fois ce matin, en provenance du Liban, les images de destruction, de désespoir et d'enfants écrabouillés m'ont soulevé le coeur et serré la gorge.
Une espèce de paralysie s'affale sur tout mon être, le sentiment écrasant que tout est perdu, qu'il n'y a rien à faire, pas de solution, pas d'issue. Je me sens accablée d'impuissance.
Depuis plus de 50 ans, Israel maintient les Palestiniens dans une forme ou une autre d'esclavage. La répression la plus totale les prive de travail, d'éducation, de leur vie même. La haine est distillée dans le lait maternel et l'apprentissage de la violence est la leçon quotidienne. L'enseignement des Classiques remplacé par le culte du martyr.
Que faire donc? Où et comment tirer le fil de cet enchevètrement inextricable? Tous les experts interviewés ad nauseam restent cois sur la solution. Ils parlent de cesser le feu, de négotiations. mais comment négocie-t-on avec des désespérés ou avec des assoifés du pouvoir?
Je m'interroge et j'ai beau vouloir être optimiste, je n'entrevois pas de Holliwood ending à ce scénario.

1 Comments:

At 11:29 a.m., Anonymous Gilisses said...

I'm singing in the rain
Just singing in the rain
What a glorious feeling
I'm happy again
I'm laughing at clouds
So dark up above
The sun's in my heart
And I'm ready for love
For love
Let the stormy clouds chase
Everyone from the place
Come on with the rain
I've a smile on my face
I'll walk down the lane
With a happy refrain
Singing, singing in the rain
In the rain.

 

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home