vendredi, mars 26, 2010

L'article

Suite à mon billet d'hier, plusieurs personnes m'ont contactée pour me demander où trouver l'article en question, pour le lire ou le relire.

Je me suis aperçue qu'il n'est plus sur le site de Punctum. Il y a sûrement une explication anodine à cette disparition, mais je ne la connais pas encore.

Je me permets donc de re-publier l'article ici... Bonne lecture ou relecture

PLEASE DON'T COME BACK! (Cécile Straumann chez VU)

Je ne trouve jamais facile d’écrire sur le travail d’un artiste. Il faut s’ouvrir et laisser son être entier percevoir, éviter de ne se fier qu’à ce que notre côté cérébral nous transmet. C’est à mon avis la seule façon de pouvoir se faire une opinion.

Cette ouverture à une œuvre peut parfois être très exigeante, mais pire, elle peut aussi être décevante. Il est difficile décrire sur le travail d’un artiste et raison de plus quand le travail nous laisse indifférent, ou presque.

Malheureusement, l’installation de Cécile Straumann à VU tombe dans cette catégorie. J’admets qu’il y a une certaine beauté dépouillée dans le paysage qui tient lieu de décor. Un paysage de face, puis filmé sur la droite et enfin sur la gauche est projeté sur trois murs. Triptyque statique avec de beaux nuages. Les images transmettent une impression d’infini. Il y a quelque chose de contemplatif dans ce champ, la terre, les nuages et cette ligne d’horizon, mais tout cela tourne court, derrière cette plastique : le vide. J’avais envie de dire ‘ce n’est pas mal comme entrée en matière, mais encore, qu’est-ce à dire?!’

À intervalles irréguliers, des balles rebondissent de façon incongrue sur les murs, brisant à la fois le calme et le silence de l’image bucolique. Une fraction de seconde, comme une tache comme une égratignure. Le son des balles qui rebondissent crée une trame sonore amusante, mais sans réelle nouveauté. Le sol est jonché de petites balles multicolores que l’on peut s’amuser soi-même à lancer dans le paysage. Il s’agit probablement de l’aspect « ludique » dont il est fait mention dans le communiqué. En tout cas, Dulcinée, mon chiot de cinq mois dont je commence l’éducation artistique, a vraiment beaucoup apprécié cet aspect de l’installation.

C’est peut-être parce que ce que j’avais lu sur Cécile Straumann présageait un travail beaucoup plus onirique et habité que j’ai eu l’impression de rester sur ma faim. En ces heures de gloire des jeux virtuels dans lesquels nous envahissons le décor, j’avais l’impression de me retrouver dans une version désuète d’un jeu de tennis.

Philipe Piguet, historien de l’art et critique, mentionne dans le texte du carton accompagnant l’exposition, que (sic) ‘Come back ’ en dit long sur le questionnement de Straumann à propos de la place qui est la nôtre dans l’espace où nous nous trouvons. Un questionnement d’identité dit-il? De ce « questionnement identitaire », je n’en ai pas trouvé trace dans l’œuvre. De toute façon, quand il faut lire les commentaires d’un « expert » pour arriver à trouver de la valeur à l’œuvre… c’est mal barré!

1 Comments:

At 11:49 a.m., Anonymous Anonyme said...

hey there and thank you for your info – I have certainly picked up something new from right
here. I did however expertise a few technical points using this web site, since I experienced to reload the site a lot
of times previous to I could get it to load correctly.
I had been wondering if your hosting is OK? Not that I'm complaining, but slow loading instances times will often affect your placement in google and can damage your high quality score if ads and marketing with Adwords. Well I am adding this RSS to my e-mail and can look out for much more of your respective intriguing content. Make sure you update this again very soon.

Here is my website; paris

 

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home