dimanche, septembre 21, 2008

Signing in the rain!

Si ce n'était que les habitants de la trèèèèès belle ville de Québec ont voté ADQ et Conservateurs aux dernières élections, si ce n'était de cela donc, la ville serait vraiment parfaite. C'est ce que je me disais encore hier en arpentant les magnifiques rues pleines d'arbres.

Comme il faisait un soleil triomphant en ADQUISTAN, Loverman et moi avons décidé de nous balader et d'aller voir de l'art. C'était la dernière journée du mois Multi, et nous nous sommes dirigés vers le Jardin St-Roch pour "participer" aux installations de Paul Marinis;
Rain Dance ainsi que le Sonic Bed de Kaffe Matthews.
Il y avait là des gens exprès pour les oeuvres et d'autres qui fréquentent le quartier et profitent du jardin. Et tous ces beaux monsieurs et ces belles madames se baladent dans le parc. Intrigués par une passerelle lancée au dessus du bassin d'eau, ils s'approchent et se voient invités à se munir d'un parapluie et à parcourir la passerelle qui est surmontée de tuyaux qui font tomber par intervalles des jets d'eau qui rebondissent sur le dôme transparent. L'eau tombe comme la pluie et quand elle touche le parapluie, on entend de la musique. Les gens sont charmés, tout le monde sourit, plusieurs font l'exercice à maintes reprises. Il y a vraiment une atmosphère de fête.

Plus loin, un Gazebo de toile surmonte le SONIC BED et les gens font la file pour s'y coucher. Dans ce lit, on entend et surtout on RESSENT des installations sonores, qui vibrent à divers endroits sous notre corps. Imaginez la scène; des gens qui ne se connaissent ni d'Ève ni d'Adam, s'allongent côte à côte dans un lit, au beau milieu d'un parc et se laissent envahir par la sensation du son.

C'était très doux et lumineux, plein de joie et de curiosité. Je me disais que ce contact tout simple avec l'art, apporte beaucoup de plaisir , sans tambour ni trompette. L'art remplacerait-il avantageusement les antidépresseurs et, à la limite, le chocolat??? Bon j'exagère un peu, ce que pourtant vous le savez bien, je ne fais JAMAIS.


N'empêche que de pouvoir dans sa propre ville, visiter des expositions gratuitement dans les centres d'artistes, participer et s'intégrer au travail de l'artiste au beau milieu du parc de son quartier, c'est une belle et grande chose, une source d'étincelle au coeur et au cerveau. Je suis certaine que les participants ne verront plus la pluie de la même façon et ils se glisseront au lit avec de drôles d'images au moins les premiers soirs.

J'ai eu la surprise et la tristesse d'apprendre que 60% des gens sont d'accord avec la ministre Verner et considèrent que les artistes sont gâtés. Je comprends que pour la grande majorité des gens, le terme artiste désigne essentiellement les chanteurs populaires et les comédiens qui jouent dans les films et à la télé. Ils peuvent donc se bercer de l'illusion que ces artistes qui participent aux Galas en tenue de soirée, vivent dans le luxe et l'abondance. Ce n'est évidemment pas le cas.

À la radio hier, Wajdi Mouawad faisait remarquer avec énormément de justesse, que les artistes utilisent principalement leurs subventions pour couvrir les importants frais de production de leurs oeuvres, ils travaillent donc très souvent sans être payés pour leur travail et leur temps. Ce que les gens ne voient pas c'est que les coupures en culture ne pénaliseront pas les artistes dans leur niveau de vie, mais elles réduiront considérablement le choix pour le public et dans certains cas feront disparaître le résultat du travail acharné que tant d'artistes ont accompli au fil des ans, pour amener des propositions variées et remplies d'une beauté qui élève notre âme. C'est donc le public qui va faire les frais des coupures en culture et surtout, de la tentative de Art-Peur de contrôler le contenu des oeuvres .

Les coupures dans la culture n'empêcherons pas les artistes de s'acheter un condo,(prière de sentir la lourde ironie ici) mais elles empêcheront peut-être, des moments de grâce comme ceux vécus hier dans le Jardin St-Roch de la trèèèèès belle ville de Québec.

Bon, là c'est vrai, j'en parlerai pu des coupures dans la culture....

1 Comments:

At 12:15 a.m., Blogger François G. Couillard said...

Bravo aux organisateurs du Mois Multi. La folie créatrice s'y est déployée au grand jour, libre à être expérimentée par tous ceux assez ouvert d'esprit pour se laisser aller.

 

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home