mercredi, mars 21, 2007

Ma mère et toutes les autres (Déesse dodue, Mère indigne ect)

En relisant mon dernier billet et en analysant mes réactions face aux derniers sondages sur les intentions de vote dans la région de la Capitale Nationale;40% pour l'ADQ (insérer ici une série de jurons de votre cru), je me suis encore une fois interrogée sur mon sens indéfectible de l'indignation!
Samedi dernier, j'avais une conversation téléphonique avec ma mère et nous discutions évidemment des prochaines élections . Elle me rapportait un échange récent avec un chauffeur de taxi. Encore une fois, elle partageait avec un inconnu sa fougue et son opinion sur les droits et les devoirs de chaque citoyen; moralité, le bonhomme va voter Québec Solidaire lundi prochain, c'est moi qui vous le dit!

Et là, pendue au bout du fil en écoutant sa voix vibrante, tout d'un coup, j'ai été frappée par un tsunami de souvenirs. Submergée par la souvenance des indignations maternelles, de ses montées aux barricades et de ses déclarations d'engagement qui ont bercé, non seulement mon enfance mais toute ma vie et encore aujourd'hui. Chacun d'entre nous est construit par la somme de ses expériences, mais aussi et peut-être même d'abord, par ce qu'il hérite de ses parents; pour y adhérer ou pour s'y opposer.

Ma mère donc, nous a transmis son sens de l'émerveillement et son goût de l'art, mais aussi son sens de la justice, de l'indignation et de l'engagement, son goût de l'inusité, une partie de sa marginalité, même si en me mesurant à l'aune de son originalité je me trouve bien conformiste.
Ma mère, la conteuse, en train d'influencer toute une autre génération

Les années qui passent n'ont pas servi d'éteignoir à sa flamme et si je souhaite quelque chose pour mon avenir, c'est certainement de garder intacte, comme ma mère, toute la lumière dans l'oeil coquin et la vivacité de l'esprit. Continuer à faire des choix qui ne sont pas toujours RATIONNELS, choisir de pelleter des nuages plutôt que faire du ménage, dévorer quelques livres en laissant passer/brûler le souper, inventer des nouvelles absurdes et farfelues en faisant, à haute voix, la lecture du journal à mon amoureux....

Je parlais avec mon ami D'Orion il y a quelques jours de l'importance de sa grand-mère dans sa vie à lui. Je connais plusieurs femmes inspirantes, qui vivent leur quotidien avec humour et passion et qui sont pour leurs enfants des inspirations et des sources de motivation. À chaque fois que j'ouvre un livre, que je vais au théâtre ou que j'écris un billet sur ce blog, à chaque fois que je m'indigne ou que je m'emballe en discutant, c'est l'âme de ma mère qui s'agite derrière comme un fantôme ébouriffé et bienveillant.

cette signature, il n'y a qu'elle qui la comprenne

1 Comments:

At 2:24 p.m., Anonymous Lorraine said...

Mes parents et moi avions une relaton assez bancale mais dans leur éducation ils ont su me transmettre le goût pour la lecture, le théatre, la peinture, le cinéma européen, la musique classique, le jazz et tout ce qui sortait de l'ordinaire pour cette époque. Tout ceci m'a construit et soutenu à chaques moments de ma vie et pour cela je leur en serai toujours redevable.

 

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home