lundi, mars 09, 2009

je pense à vous

Presque deux mois depuis mon dernier billet, et pourtant je ne vous abandonne pas, je pense à vous.
Si je me fait plus rare à vous parler d'art, c'est qu'il y a quelques mois, un jour où j'avais pris congé de mon cerveau,je me suis plongée dans un périple périlleux: l'écriture d'un livre!

J'ai bien tenté de me ressaisir, mais en vain. Toutes mes tentatives d'abandon se sont soldées par des échecs. Mes personnages furieux de se faire couper le sifflet ont hanté mes nuits, m'ont empêchée de me concentrer au cinéma et ont fait dire à mes amis que je n'étais pas "toute là"
Et c'est sans parler de ces personnages que je n'avais même pas prévu dans l'histoire et qui sont débarqués, avec leur gueule de baveux, s'asseoir à côté de l'héroïne.

Donc il faut que je m'occupe de tout ce beau monde, que je les laisse parler, que j'écoute leurs angoisses existentialistes et que j'essaie de les faire rire le plus souvent possible. Faire comprendre à C qui est amoureuse de P qu'elle perd son temps, suivre attentivement les premiers pas de bébé M et lui construire une histoire rien que pour elle... tout ce genre de chose. Donc je suis prisonnière de cette histoire que je me dépêche à coucher sur le papier pour pouvoir en amorcer une autre.... enfin

J'ai parfois quand même quelque répit, comme l'autre jour quand je suis allée voir l'installation
d'Annie Ballairgeon à l'Oeil de poisson : she just wants to be an actresse
Je suis entrée dans la grande salle d'exposition de l'Oeil de Poisson, comme si j'entrais dans un livre de contes de fées. Des contes de fées sur une sérieuse dérape.

Toute une installation de noir et de rouge: murs noirs, roses rouges, photos travaillées, sculptures de cire , dont celle qui dévoile le "vrai" visage du Petit Chaperon Rouge: TERRIFIANT.

Au centre de la salle une pièce ovale délimitée par de lourds rideaux de velours noirs. La projetions d'une vidéo se fait dans un miroir ovale, MIROIR MIROIR DIS-MOI QUI EST LA PLUS BELLE? Les images de photos romans cèdent la place à d'autres qui semblent tirées d'un film d'horreur de série B.
Cette exposition est admirablement exécutée, belle et touchante autant que terrifiante par moment, sans jamais perdre ce petit recul d'humour triste, ce petit sourire en coin, qui semble dire: Que nous sommes bêtes de croire à ces conner.......contes.

Annie Baillargeon se met en scène. C'est elle que l'on voit dans les photos et dans la vidéo. Comme le dit un bout de la bande sonore: THE FACE OF AN ANGEL, THE HEART OF A KILLER!!

C'est à voir à l'Oeil de Poisson et pour les pas chanceux qui n'habite pas la trèèèèès belle ville de Québec ou qui n'ont pas l'occasion de la visiter, allez sur le site de l'Oeil de Poisson et sur celui d'Annie Baillargeon, cela vous titillera suffisamment pour que vous vous précipitiez à sa prochaine exposition près de chez vous.

Notez qu'Annie Baillargeon fait également partie des
Fermières Obsédées et que plusieurs de ses oeuvres font partie de l'exposition : C'EST ARRIVÉ PRÈS DE CHEZ VOUS au Musée National des Beaux-Arts du Québec .

0 Comments:

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home